Petite série dont le cœur vient de séances de préparation sur le char de l'association Long Yang Club de Paris en 2017. Séances de maquillage, ajustements de costumes, on est dans l'intime avant l'explosion publique.


J'ai participé à l'organisation de la Gay-Pride au cours des années 90. Depuis, le temps a passé, la société a changé, la vie m'est plus simple aujourd'hui. Pour ma personne, l'événement a conservé une dimension identitaire, festive, mais n'a plus la fonction libératrice qu'elle pouvait avoir à l'époque.


En tant que gay, avec notre différence (que je revendique), j'ai toujours pensé que nous avions une fonction sociale à jouer, un questionnement sur le rôle et l'identité des genres, sur la place des marginaux.


Lorsqu'on fait la fête, on est un autre personnage, débarrassé des contraintes sociales. On s'autorise cet autre. On s'autorise, verbe qui reste tellement important pour nous les gays, et encore plus au regard de notre histoire.


À travers cette série je tente de faire passer ces questions, ces messages.



Créé avec Artmajeur